Projets en cours

Projets en continu

Réseau d’échantillonnage des rivières du Québec

Par le biais du réseau d’échantillonnage des rivières du Québec, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) assure depuis de nombreuses années, un suivi de la qualité de l’eau des principales rivières du Québec. Traditionnellement, l’échantillonnage de l’eau aux stations du réseau était fait mensuellement par des observateurs du milieu, engagés par le Ministère. Dorénavant, la Direction du suivi de l’état de l’environnement (DSÉE) désire recruter ses observateurs parmi les organismes de bassin versant, les comités, les corporations ou les associations de protection ou d’aménagement des cours d’eau qui sont actifs, engagés et soucieux de l’état de santé de leurs rivières. L’objectif poursuivi est l’établissement de partenariats efficaces et avantageux pouvant mener à une meilleure connaissance des rivières étudiées tout en assurant une garantie quant à la fréquence et à la qualité de l’échantillonnage.

Depuis novembre 2004, nous sommes ainsi mandataires du MELCC pour le suivi mensuel d’échantillonnage de l’eau sur la rivière Saint-Charles. Les stations suivies sont situées aux endroits suivants :

  • Embouchure du lac Saint-Charles (pont de la rue Delage)
  • Pont du boulevard Bastien
  • Pont Dorchester

Parmi ces trois stations, seule la station du Pont Dorchester est ouverte à l’année. Les deux autres ne sont pas suivies en hiver. À noter qu’une quatrième station, située au Pont Scott, a été suivie pendant de nombreuses années. Cette dernière a été fermée en 2012 pour permettre l’ouverture de deux nouvelles stations sur les rivières du Cap Rouge et Beauport. Les stations suivies sont situées aux endroits suivants :

  • Pont de la rue du Domaine/Provancher (rivière du Cap Rouge)
  • Pont du boulevard des Chutes (rivière Beauport)

Ces deux stations sont ouvertes à l’année et seront suivies minimalement pour une période de 3 ans.

Caractérisation et délimitation de milieux humides

Par son expertise, l’équipe de l’OBV de la Capitale réalise la caractérisation et la délimitation de milieux humides. Dotée de spécialistes en identification floristique, notre équipe se tient à jour par la réalisation de formations terrain :

  • détection et délimitation de milieux humides;
  • sols : principes et techniques pour la caractérisation des milieux humides;
  • identification et la délimitation de la ligne des hautes eaux.

En 2019, l’OBV de la Capitale a d’ailleurs réalisé deux caractérisations de milieux humides sur des lots appartenant à des propriétaires privés. En 2018 et 2019, notre équipe a également participé à la délimitation de la ligne des hautes eaux sur le territoire de la Ville de Québec, un projet mis en œuvre par le Conseil régional de l’environnement de la Capitale nationale.

Table des actions sur l’eau pour le territoire de la Ville de Québec

La Ville de Québec a mandaté l’OBV de la Capitale pour animer et coordonner les activités de la Table des actions sur l’eau pour le territoire de la Ville de Québec. Cette table de concertation réunit des acteurs qui œuvrent dans le domaine de l’eau en vue de réaliser des actions concertées à l’échelle du territoire de la Ville de Québec. Les échanges au sein de cette table visent également à faciliter le partage d’information entre les organisations membres. À ce jour, des priorités d’actions ont été établies par les membres de la Table et ces priorités ont donné lieu à la création du comité de suivi de la qualité de l’eau et du comité de végétalisation pour l’eau.

Marquage des délaissés de crue

Au printemps 2019, l’OBV de la Capitale a été déployé sur le terrain afin de repérer les délaissés naturels laissés suite aux crues. Les données recueillies sur le terrain permettront de mieux comprendre les dynamiques des rivières en période de crue et de réaliser une cartographie des zones inondables. Ce projet s’inscrit dans une perspective de prévention aux inondations.

L’OBV de la Capitale s’est vu octroyé deux mandats concernant le marquage des délaissés de crue, soit un par le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec, en partenariat avec le ministère de la Sécurité publique au Québec, et un deuxième par la Communauté métropolitaine de Québec.

Notre équipe sera également déployée sur le terrain au printemps 2020.

Réseau Habitat de la Capitale

Réseau habitat de la Capitale est un outil visant à unir les efforts des intervenants du territoire pour la protection et la valorisation des milieux naturels et de la faune. Cet outil prend la forme d’une carte interactive évolutive sur laquelle les organismes et municipalités du territoire sont invités à nous transmettre toutes les informations concernant les milieux naturels, les habitats fauniques ainsi que leurs actions et études sur le territoire. Le projet étant appuyé par la Fondation de la faune du Québec, il vise principalement les habitats fauniques, mais sans s’y limiter.

La carte présente les informations suivantes sur le territoire de l’OBV de la Capitale :

  • Hydrographie des cours d’eau et des plans d’eau
  • Inventaire des poissons depuis 1934
  • Limites administratives des municipalités
  • Limites des bassins versants de niveau 1 ainsi que résiduels
  • Milieux humides
  • Fonds de carte : Google Satellite et Google Terrain

Il est possible d’accéder à la carte interactive en utilisant le lien suivant :

Carte interactive – Réseau Habitat de la Capitale

Suivi de l’état trophique du lac Laberge

Depuis 2014, l’OBV de la Capitale est mandaté par la Ville de Québec pour réaliser le suivi de l’état trophique du lac Laberge situé à la base de plein air de Ste-Foy. Ce mandat s’est poursuivi en 2019 et comprend également un suivi des herbiers aquatiques.

L’état trophique du lac Laberge se situe majoritairement dans le niveau trophique au début du stade oligo-mésotrophe. Cette tendance s’observe tant au niveau du suivi des trois paramètres classiques lors de l’évaluation de l’état trophique (phosphore, chlorophylle α et transparence) qu’au niveau du suivi des herbiers aquatiques. Chose certaine, l’état trophique du lac Laberge est relativement stable depuis 2014 et ne s’est pas dégradé dans les dernières années de suivi.

Le myriophylle à épis (Myriophyllum spicatum) et le roseau commun (Phragmites australis) sont deux espèces exotiques envahissantes présentes au lac Laberge. Ces espèces entrent en compétition avec les plantes aquatiques indigènes et ont un impact au niveau visuel. Un suivi attentif est ainsi réalisé à chaque année afin de surveiller leurs évolutions.

Brigades de l’eau

En partenariat avec la Ville de Québec, l’OBV de la Capitale a mis sur pied trois brigades de sensibilisation en lien avec l’eau durant l’été 2019. Trois équipes ont été déployées sur le territoire pour sensibiliser les citoyens à différents aspects en lien avec l’eau.

Tout d’abord, la brigade de l’eau potable était de retour pour une quatrième année. En effet, depuis 2016, la brigade de l’eau potable parcours les pistes cyclables du territoire pour sensibiliser la population à l’économie d’eau potable et à la consommation responsable de l’eau. Grâce à la distribution de gourde et au ravitaillement en eau au moyen d’un vélo-citerne, les agents de sensibilisation ont pu aborder avec les citoyens différents comportements faciles à adopter afin qu’ils puissent réduire leur consommation en eau potable dans la vie de tous les jours.

Une autre brigade, la brigade environnementale, parcourait le territoire à vélo dans les quartiers résidentiels afin d’intervenir auprès des citoyens qui ne respectent pas le règlement sur l’eau potable afin de les informer et les sensibiliser à une consommation responsable de l’eau. En 2019, un nouveau volet s’est ajouté, soit l’installation de trousses d’économie d’eau potable dans deux quartiers ciblés.

La brigade de l’eau pluviale, la troisième, a été mise sur pied pour parcourir le bassin versant du lac Saint-Charles afin de sensibiliser les propriétaires à la gestion durable de l’eau pluviale et offrir le service de débranchement de gouttières. Ce service était offert entièrement gratuitement par la Ville de Québec afin de permettre l’infiltration dans le sol de l’eau des gouttières qui se déversent directement ou indirectement dans le réseau municipal.

Campagne d’échantillonnage du fleuve et de ses tributaires

Dans le cadre du réseau de suivi de la qualité de l’eau du fleuve et de certains tributaires de la Communauté métropolitaine de Québec, l’OBV de la Capitale a participé à une campagne d’échantillonnage durant la saison estivale. Des prélèvements au fleuve ont permis d’évaluer la qualité bactériologique de l’eau et des prélèvements aux embouchures des rivières ont permis d’assurer le suivi de la qualité de l’eau des rivières.

Un deuxième suivi est également prévu en 2020.

Bioblitz dans la Ville de Québec

Mandaté par la Ville de Québec depuis maintenant trois ans, l’OBV de la Capitale organise des bioblitz dans des parcs situés sur le territoire de la Ville de Québec. Un bioblitz est un inventaire intensif de la biodiversité dans un site en particulier, et ce, sur une courte période de 24 à 48 h. Il s’agit en quelque sorte d’une photo instantanée de la richesse biologique d’un site. Avec l’aide des citoyens et d’experts, le but est d’identifier le plus d’espèces animales et végétales possible. Afin de réaliser un inventaire représentatif de la biodiversité, cinq groupes sont formés, soit poissons, insectes, flore, oiseaux et herpétofaune.

L’OBV de la Capitale a organisé trois éditions de biobltiz jusqu’à présent :

  • Bioblitz Québec 2017 : Le bioblitz a été réalisé au parc Chauveau, où 212 espèces animales et végétales ont été recensées. Plus de 75 participants ont pris part à l’événement.
  • Bioblitz Québec 2018 : Le bioblitz a été réalisé au parc de la rivière Beauport, où 263 espèces animales et végétales ont été recensées. Plus de 100 participants ont pris part à l’événement.
  • Bioblitz Québec 2019 : Le bioblitz a été réalisé au parc des Écores, à Cap-Rouge, où 283 espèces animales et végétales recensées. Plus de 130 participants ont pris part à l’événement.

En plus des inventaires avec les experts, plusieurs activités de découvertes sont organisées pour les familles et enfants. Différents organismes locaux s’impliquent également dans l’organisation des bioblitz, soit par des prêts de matériel ou bien l’animation d’activités éducatives. C’est notamment le cas du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, de la Maison Léon-Provancher, du Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau, de l’Université Laval, du CRE-Capitale nationale, du Club des ornithologues de Québec, de la Société d’entomologie du Québec, de l’Association forestière des deux rives, de la Société Provancher, de FloraQuébeca, du Conseil de bassin de la rivière du Cap Rouge et du Conseil de bassin de la rivière Beauport.

La Fondation de la Faune du Québec finance l’OBV de la Capitale pour diffuser les résultats des bioblitz, notamment par la production d’un rapport grand public. Une page dédiée aux bioblitz a aussi été créée sur le site Internet de l’OBV de la Capitale afin de présenter les résultats des inventaires.

Une quatrième édition est prévue en 2020, cette fois-ci à la Base Plein Air Sainte-Foy.

Validation des relevés LiDAR

L’OBV de la Capitale a été mandaté par la Ville de Québec afin de valider sur le terrain certaines données des relevés LiDAR réalisés en 2017 par la Ville de Québec. Plusieurs équipes ont été déployées à l’automne 2019, tant en milieu forestier, agricole et urbain, afin de réaliser un inventaire associé aux patrons d’écoulement de l’eau sur le territoire de l’agglomération de Québec. Un deuxième déploiement est prévu en 2020 afin de couvrir l’ensemble de la zone. L’objectif principal du projet est de mettre à jour la cartographie de l’hydrographie de l’agglomération de Québec.

En cours – 2019

Végétalisation de bandes riveraines dans le bassin versant du lac Saint-Augustin

En partenariat avec la Ville de Saint-Augustin et des producteurs agricoles, l’OBV de la Capitale travaille sur un projet de végétalisation de bandes riveraines afin d’améliorer la qualité de l’eau du lac Saint-Augustin. Des plantations ont eu lieu en 2019 chez deux agriculteurs. Un suivi sur l’état des plants sera effectué en 2020.

Diagnose du lac Bégon

Dans le cadre d’un essai de maîtrise du programme en biogéosciences de l’environnement de l’Université Laval, l’OBV de la Capitale a accueilli une étudiante afin de réaliser une diagnose du lac Bégon. Pour ce faire, une bathymétrie a été réalisée durant l’été 2019 afin de connaître les zones profondes du lac. Des échantillons d’eau ont aussi été prélevés dans le lac et à l’embouchure de son tributaire, soit la rivière des Sept Ponts. Les résultats permettront d’évaluer l’état général et trophique du lac Bégon, de même que la qualité de l’eau à l’embouchure de la rivière des Sept Ponts. L’essai est présentement en cours de rédaction.

Suivi de la qualité de l’eau du ruisseau Peuvret

Grâce à la contribution du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques en heures de laboratoire, l’OBV de la Capitale a effectué entre mai et octobre 2019 une campagne d’échantillonnage de la qualité de l’eau du ruisseau Peuvret, un tributaire de la rivière Beauport qui passe par un milieu résidentiel, agricole puis dans un golf.

Caractérisation de la bordure du fleuve

L’OBV de la Capitale a été mandaté par la Communauté métropolitaine de Québec afin de réaliser la caractérisation de la bordure du fleuve Saint-Laurent incluse dans son territoire d’intervention. En 2019, la caractérisation de la bande riveraine, par l’indice de qualité de la bande riveraine (IQBR), a été réalisée de la décharge du lac Saint-Augustin à la chute Montmorency. Ce sont au total 30 km qui ont été parcourus. La détection des espèces exotiques envahissantes fera l’objet d’une campagne terrain en 2020.

En cours – 2018

Diagnose du lac des Roches

Une étude sur l’état trophique et la qualité du milieu du lac des Roches est présentement en cours. Afin de réaliser un diagnostic complet du lac des Roches, plusieurs campagnes de terrain ont été réalisées durant l’été 2018, dont l’échantillonnage de l’eau du lac et de ces tributaires, la bathymétrie et la caractérisation des herbiers aquatiques.

Mis à jour en février 2020