Version approuvée par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques le 26 août 2016. Cette version n'est pas mise à jour en continu.

1.4 Organismes du milieu impliqués dans la gestion de l’eau

Le territoire de la zone de la Capitale est riche de la diversité et de la complémentarité des acteurs du milieu qui travaillent, de près ou de loin, à la préservation de la ressource eau. Voici les principaux organismes actifs dont la mission première touche la ressource eau sur le territoire de la zone de la Capitale.

L’Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord

L’Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord (APEL) a pour mission la protection et la mise en valeur du riche patrimoine écologique du bassin versant de la rivière Saint-Charles, dans le but d’y promouvoir, d’une part, un milieu de vie harmonieux aux humains qui l’habitent et, d’autre part, la pérennité et la qualité de l’eau.

Le comité de valorisation du ruisseau du Moulin/Conseil de quartier du Vieux-Moulin

Le Conseil de quartier du Vieux-Moulin, désirant améliorer sa vie de quartier, a mis en place le Comité de valorisation du ruisseau du Moulin. Ce comité a été formé dans l’intention de mettre en valeur le ruisseau, de mieux l’intégrer au paysage urbain, de mettre en valeur son patrimoine historique, de favoriser son accès aux citoyens et de les sensibiliser à l’importance du cours d’eau, tout en améliorant ses propriétés physico-chimiques et biologiques.

Le Conseil de bassin de la rivière Beauport

Le Conseil de bassin de la rivière Beauport a été créé par le Comité de valorisation de la rivière Beauport (aujourd’hui le Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau — G3E) en 2003 pour assurer la concertation locale entre les usagers et les gestionnaires de l’eau, mettre en valeur et protéger les milieux naturels et réaliser des activités de sensibilisation à l’échelle du bassin de la rivière Beauport.

Le Conseil de bassin de la rivière du Cap Rouge

Fondé en décembre 2003, le Conseil de bassin de la rivière du Cap Rouge (CBRCR) s’est donné pour mission de favoriser la gestion intégrée de l’eau dans le bassin versant de la rivière du Cap Rouge en recherchant des consensus entre les acteurs du bassin versant, pour tous les enjeux reliés à l’eau. Il occupe également diverses fonctions d’acquisition de connaissances, d’information, de coordination d’activités publiques incluant des actions de mise en valeur du milieu riverain, de sensibilisation et de mobilisation des acteurs de l’eau.

Le Conseil de bassin du lac Beauport

Créé en 2002, le Conseil de bassin du lac Beauport assure la concertation entre les différents usagers de la ressource eau sur le territoire du bassin versant du lac Beauport. Comme l’industrie touristique est très présente et que tous les résidants de la municipalité puisent leur eau potable à même les réserves d’eau souterraine, la préservation de la qualité de l’eau s’avère prioritaire pour tous les intervenants du milieu. Le Conseil de bassin du lac Beauport permet donc aux différentes associations de résidants, aux hôteliers ainsi qu’aux instances municipales de mettre leur énergie en commun pour sauvegarder la ressource eau.

Conseil de bassin du lac Saint-Augustin

Le Conseil de bassin du lac Saint-Augustin (CBLSA) a pour mission d’informer et de sensibiliser les principaux acteurs de l’eau aux problématiques, aux solutions potentielles et aux actions à mettre en place afin de déployer des efforts de restauration du lac, notamment pour atténuer la principale source de polluants, les sédiments du fond, et de mettre en place des actions pour sa protection, afin d’arrêter ou du moins réduire les autres sources de pollution provenant du bassin versant.

Rivière Vivante

Fondée par des citoyens préoccupés par l’état de leur rivière et désireux d’œuvrer à sa réhabilitation. Rivière Vivante se consacre depuis 1995 à la restauration et à la mise en valeur de la rivière Saint-Charles. Depuis sa fondation, Rivière Vivante est intervenue principalement dans les domaines de la sensibilisation, de la mise en valeur et de l’animation, de la restauration et de l’aménagement et enfin de la protection et de la conservation de la ressource.

La Société de la rivière Saint-Charles

La Société de la rivière Saint-Charles a été fondée en 2000 et a pour mission de mettre en valeur la rivière en réalisant des activités d’aménagement, d’animation et de sensibilisation auprès des citoyens dans le respect des principes du développement durable. Entre autres choses, la Société aménage et entretient des sentiers pédestres dans différents parcs à l’intérieur du bassin versant de la rivière Saint-Charles, dont le parc linéaire des rivières Saint-Charles et du Berger.

Pêche en Ville

L’organisme Pêche en Ville, dont le prédécesseur était le Festival de la pêche en ville (1979 à 1993), a pour mission de préserver et de mettre en valeur la rivière Saint-Charles en la rendant accessible par des activités de pêche destinées plus particulièrement aux jeunes. Chaque année, cet organisme organise bon nombre d’activités d’ensemencement, d’animation ou d’intervention ponctuelle sur le milieu.

Certains organismes œuvrant sur le bassin ont une vocation axée sur l’histoire et la culture. Leurs activités ont toutefois un lien important avec l’eau.

La Corporation du parc de la falaise et de la chute Kabir Kouba

La Corporation a le mandat d’informer le grand public à propos du patrimoine naturel et historique du parc de la falaise et de la chute Kabir Kouba ainsi que de les conserver et de les mettre en valeur. Elle organise des activités afin de promouvoir ces sites magnifiques, propose des visites guidées, anime des ateliers éducatifs et opère un centre d’interprétation.

La Société de mise en valeur de la maison O’Neill et de son site

La maison O’Neill et son site sont intimement liés à la rivière Saint-Charles qui sillonne la partie nord de leur terrain. Des recherches permettent d’affirmer que cette rivière a toujours été au cœur d’activités estivales familiales, notamment la baignade, la pêche et la promenade en canot. La Société de la maison O’Neill participe, avec différents organismes, à des activités telles que la Pêche en ville ou la descente en canot. Sur le site de la maison O’Neill, un sentier pédestre longe la rivière et permet de découvrir une végétation riveraine particulièrement intéressante et d’observer différentes espèces d’oiseaux.

D’autres organismes couvrent un plus grand territoire, et ont un mandat plus large touchant la sensibilisation et l’implication citoyenne ou encore la préservation ou la mise en valeur des ressources.

Les AmiEs de la Terre de Québec

Les AmiEs de la Terre de Québec constituent un mouvement d’écologie sociale et environnementale existant depuis 1978, mené par des citoyens qui s’organisent collectivement pour défendre leurs droits à un monde équitable, solidaire et écologiquement viable pour les générations actuelles et futures. Sa mission est d’informer, de sensibiliser et de conscientiser à la crise écologique mondiale, à ses causes profondes et aux solutions par l’éducation populaire autonome, dans le but de transformer la réalité sociale et de se changer soi-même.

L’Association forestière des deux rives

L’Association forestière des deux rives (AF2R) a pour mission de promouvoir l’importance de l’arbre et de la forêt auprès de la population par la mise en valeur, l’éducation et la sensibilisation. Elle vise notamment à organiser et valoriser des activités d’éducation et de sensibilisation à l’arbre et à la forêt, favoriser la mise en valeur et la conservation des forêts et des boisés, encourager les initiatives et réaliser des plantations d’arbres.

Canards Illimités

Canards Illimités est un organisme dont la mission vise à conserver, à restaurer et à gérer les milieux humides et les habitats qui s’y rattachent au bénéfice de la sauvagine nord-américaine, mais également au bénéfice d’autres animaux et de l’être humain. Canards Illimités travaille à constituer une mosaïque de paysages naturels, restaurés et gérés, où les populations de sauvagine et d’autres animaux pourront se maintenir de manière durable.

Corporation d’actions et de gestion environnementale de Québec (CAGEQ)

La CAGEQ travaille en collaboration et en concertation avec les autorités municipales et les différents intervenants du milieu intéressés par la protection et la mise en valeur des milieux naturels. La démarche de la CAGEQ s’articule autour d´une gestion environnementale rigoureuse et responsable. Elle conçoit, planifie et réalise avec ces derniers des projets à caractère environnemental en préconisant une approche intégrée par le biais d’un processus de planification stratégique interactif et consultatif.

Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau

Le Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau (G3E) est un organisme voué au développement d’outils d’acquisition et de transfert de connaissances en matière de surveillance écologique de l’eau qui favorisent l’engagement des collectivités québécoises et canadiennes à protéger les écosystèmes riverains. Depuis 1989, le G3E (anciennement le Comité de valorisation de la rivière Beauport) travaille activement à la protection des cours d’eau et a bâti, au fil des années, de nombreux programmes éducatifs et scientifiques de surveillance de l’eau pour tous les publics.

La Fédération québécoise du canot et du kayak

La Fédération québécoise du canot et du kayak a pour mission de faciliter la pratique du canot et du kayak en tant que loisirs, hors de toute compétition. Depuis 1969, cet organisme à but non lucratif ouvre l’accès aux rivières à tous les amateurs de plein air : ouverture de portages et de sites de camping, négociation de droits d’accès, etc. Dans cette perspective, elle agit également pour la préservation de l’état naturel des lacs et des rivières. La Fédération est notamment active sur la rivière Saint-Charles.

Vivre en Ville

Organisme d’intérêt public, Vivre en Ville a pour mission l’amélioration de la qualité de l’environnement et des milieux de vie, par l’application des principes du développement durable dans l’urbanisme, l’aménagement du territoire et le bâtiment. Actif depuis 1995, l’organisme est devenu le chef de file québécois du développement durable dans la majorité des domaines liés à l’aménagement du territoire.

Enfin, mentionnons la présence de deux autres organismes très actifs sur le territoire de la Zone de la Capitale. Ceux-ci favorisent la concertation des organisations intéressées par la protection de l’environnement et par la promotion du développement durable, dont les organismes environnementaux, les municipalités et les entreprises privées. Ils travaillent activement à la mise en œuvre de stratégies concertées et de projets concrets en vue d’apporter des solutions aux problèmes environnementaux et de participer au développement durable de la région.

Conseil régional de l’environnement – région de la Capitale-Nationale

Le Conseil régional de l’environnement de la région de la Capitale-Nationale (CRE-Capitale-Nationale) est un organisme qui œuvre depuis 1989. Il regroupe des associations, des institutions et des individus ayant à cœur la défense des droits collectifs pour un environnement de qualité, particulièrement dans la région 03. Sa mission première consiste à promouvoir l’insertion des valeurs environnementales dans le développement régional en préconisant l’application du développement durable et la gestion intégrée des ressources. Sa stratégie privilégie la concertation régionale, les actions de sensibilisation, les projets concrets avec les intervenants du milieu et la conception d’instruments de diffusion.

Zip de Québec et Chaudière-Appalaches

La Zone d’intervention prioritaire de la région de Québec et Chaudière-Appalaches est un organisme de concertation pour la mise en valeur et la réhabilitation du Fleuve Saint-Laurent. Elle a le mandat de mobiliser et de favoriser la concertation entre les intervenants du milieu, d’organiser des consultations publiques, de préparer des plans d’action ainsi que de mettre en œuvre et de coordonner les actions de mise en valeur et de réhabilitation du Fleuve Saint-Laurent sur son territoire. Son territoire d’intervention s’étend en rive nord, de la limite de la Côte-de-Beaupré à la limite de la MRC de Portneuf, incluant l’Île d’Orléans et en rive sud, de la MRC de Bellechasse à la MRC de Lotbinière.

Mis à jour le 20 janvier 2014