Bassin du ruisseau du Moulin / Qualité de l’eau de surface

2.5.5.4 Qualité de l’eau de surface

Figure 2.5.5.4.1 : Concentration de la médiane et fréquence de dépassement en phosphore lors de la campagne d’échantillonnage 2009, n=4

Figure 2.5.5.4.2 : Concentration de la médiane et fréquence de dépassement en MES lors de la campagne d’échantillonnage 2009, n=4

Figure 2.5.5.4.3 : Concentration de la médiane et fréquence de dépassement en coliformes fécaux lors de la campagne d’échantillonnage 2009, n=4

Selon le Conseil de bassin de la rivière Beauport qui a été chargé d’analyser l’eau du ruisseau du Moulin en 2009, l’eau du ruisseau est riche en phosphore, très turbide et contient un taux élevé de matières en suspension (CAGEQ, 2009).

En 2009, deux stations ont été échantillonnées à quatre reprises chacune (deux échantillons par temps sec et deux échantillons par temps de pluie). La première station était située au sud du boulevard Albert-Chrétien alors que la seconde était située à la sortie de la canalisation, au sud de l’autoroute Félix-Leclerc, dans le parc Petitclerc. Les paramètres échantillonnés ne permettent toutefois pas de calculer un IQBP6.

Les analyses physico-chimiques réalisées au ruisseau du Moulin révèlent une eau basique présentant un pH variant entre 7,28 et 8,53. En période sèche, l’eau a également une dureté moyenne élevée, soit de 343 mg/l de CaCO3, alors que la norme doit se situer sous 180 mg/l de CaCO3 (CAGEQ, 2009).

La qualité de l’eau en ce qui concerne le phosphore total et les matières en suspension démontre une eau de qualité médiocre. Tous les échantillons prélevés possèdent des taux de matières en suspension dépassant le seuil de 25 mg/l et des concentrations en phosphore total sont de plus de 30 µg/ml.

En ce qui concerne les coliformes fécaux et totaux, leur présence et leur concentration ont été évaluées par la technique de fermentation multitube (Coliplate 96 tubes). Avec cette technique, les échantillons sont incubés à 35 degrés Celsius pendant 24 heures. Une couleur bleue indique ensuite la présence de coliformes et la fluorescence par lampe UV indique la présence de E.Coli. Cette méthode d’analyse ne permet toutefois pas de quantifier avec exactitude des concentrations qui seraient très élevées.

Ainsi, les analyses ont permis de détecter des concentrations en coliformes totaux et fécaux dans les échantillons analysés ne satisfaisant pas aux normes pour la baignade (200 UFC/100 ml) dans plus de la moitié des échantillons prélevés en 2009. En outre, trois des échantillons présentent des quantités de coliformes totaux supérieures à 2424 UFC/100ml, ce qui correspond à la limite supérieure de l’appareil utilisé pour l’analyse. Il n’est donc pas possible de connaître la concentration exacte de coliformes fécaux à ces endroits. Ces concentrations élevées ont été mesurées par temps de pluie.

La mauvaise qualité bactériologique du ruisseau avait déjà été relevée au début des années 2000 lors d’une campagne d’échantillonnage menée par la Communauté urbaine de Québec dans 6 stations et autant de conduites pluviales. À l’époque, un problème de contamination des conduites pluviales avait été détecté (Martineau et Bonin, 2001).

La CAGEQ suppose que la charge bactérienne et les taux élevés en nutriments détectés ces dernières années peuvent provenir des canards. Les autres sources de contamination identifiées sont les réseaux d’égouts pluviaux qui rejoignent le ruisseau, les produits utilisés par les résidents qui ruissellent vers le cours d’eau, la neige poussée vers le ruisseau ou sa bande riveraine et les drains de piscines ou les gouttières qui se jettent dans le ruisseau (CAGEQ, 2009).

Au cours de l’été 2013, l’OBV de la Capitale a réalisé une nouvelle étude sur la qualité de l’eau du ruisseau du Moulin.  L’IQBP6 a alors été évalué à deux stations. Les résultats seront dévoilés dans les premiers mois de 2014.

Tableau 2.5.5.4.1 : Données collectées lors de la campagne d’échantillonnage au ruisseau du Moulin en 2009 (CAGEQ, 2011)

SOURCES

CORPORATION D’ACTIONS ET DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE QUÉBEC. (CAGEQ). 2009. Caractérisation du ruisseau du Moulin. Conseil de quartier du Vieux-Moulin. Québec, 39 pages.

CORPORATION D’ACTIONS ET DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE QUÉBEC. (CAGEQ). 2011. Données de qualité de l’eau 2009. Chiffrier Excel.

HÉBERT, S., 1997. Développement d’un indice de qualité bactériologique et physico-chimique de l’eau pour les rivières du Québec, Québec, ministère de l’Environnement et de la Faune, Direction des écosystèmes aquatiques, envirodoq n°EN/970102, 20 p., 4 annexes.

MARTINEAU, O. ET R. BONIN. 2001. Qualité des eaux des rivières – Campagne 2001. Rapport présenté à la communauté urbaine de Québec, Service de l’environnement. Division de l’assainissement des eaux. Québec. 45 pages + annexes.

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA FAUNE ET DES PARCS (MDDEFP). 2013. Critères de qualité de l’eau de surface, 3e édition, Québec, Direction du suivi de l’état de l’environnement, ISBN 978-2-550-68533-3 (PDF), 51 p. et 16 annexes.

Mis à jour le 16 février 2015

Retour à la page précédente